David Bouscarle - Maxence Boyer

Interview de David Bouscarle

Publié le 03 mai 2017 par Maxence Boyer

Blockhaus - Somme - Picardie

Bonjour David, pour ceux qui ne te connaissent pas, peux tu te présenter brièvement ?

Bonjour à toutes et à tous, je m’appelle David BOUSCARLE, j’ai 36 ans et j’habite à Carpentras dans le Vaucluse. Je suis auteur photographe depuis maintenant 3 ans, je me passionne en particulier pour la photographie de paysage et d’architecture, bien que l’aspect de la photographie en général soit une obsession…

Racontes-nous quand et comment tu as commencé la photo ?

Je m’intéresse à l’image depuis plusieurs années, j’ai commencé à faire des petits courts métrages vidéo avec des amis et puis je suis devenu papa, j’ai très vite acquis un appareil photo et de fil en aiguille, au grès des randonnées et d’autres visites urbaines, je me suis trouvé une réel attrait pour la photo.

Peux tu nous présenter ton/tes style(s) de photo de prédilection ?

Qu'utilises tu actuellement comme matériel ?

J’utilise du matériel Canon, un 6D et plusieurs objectifs allant de 14mm à 300mm, j’ai un filtre polarisant vissé sur chacun de mes cailloux. Pour stabiliser tout ça, un trépied carbone Benro, toute une batterie de filtre ND et GND, et une télécommande. J’ai 2 sacs F-Stop, le Anja et le Shinn, respectivement, le premier me sert pour les sorties légères à la journée, et le dernier me permet d’emporter de quoi bivouaquer ou dormir en refuge.

Peux-tu nous raconter un de tes meilleurs souvenirs pendant une sortie photo et pourquoi pas également un des pires ?

En général, je suis clairement un boulet, j’oublie toujours un truc, je casse toujours quelque chose et j’arrive même à me faire mal… Mais j’arrive tout de même à faire quelques images…

Pour le meilleur souvenir, sans conteste, c’est la première fois que j’ai vu une aurore boréale, c’est un spectacle indescriptible. J’étais avec mon ami Alban Henderyckx et heureusement qu’il était là pour me faire revenir sur terre pour arriver à saisir ce phénomène, j’étais tellement captivé que j’étais incapable de me concentrer sur une composition ou quoi que ce soit d’autres, bref, un moment incroyable.

Pour le pire, le choix est pléthorique ! Cet automne, je suis parti en Bretagne, et sur la plage, je suis arrivé à casser 2 filtres GND, un filtre ND et mon filtre CPL 105mm… En une seule fois… Qui dit mieux ?...

Parmi toutes tes photos, peux-tu nous présenter ta photo préférée et nous raconter son histoire?

C’est assez compliqué de choisir une de mes photos et de là déterminer comme « favorite ». Disons que j’ai choisi celle-ci car c’est vraiment ce que j’aspire à produire à l’avenir. Une composition épurée, un jeu de lumière fort et contrasté et un travail sur les textures mis en avant. Il est clair que les conditions météorologiques ici m’ont beaucoup aidé, l’ambiance est à son paroxysme, ce rouge rosé vient magnifiquement compléter ce côté volcanique Islandais et ce sable noir. Cela a été aussi un petit défi d’essayer de sortir un « truc » différent de ce spot aussi fréquenté… J’en suis assez fier :D

Quels conseils donnerais-tu à un photographe voulant faire ce même style de photo ?

C’est toujours assez compliqué de se calquer sur le travail d’un autre je trouve, il est indéniable que ce soit un passage obligé pour se forger sa propre personnalité artistique mais ça romps toute possibilité de créativité et d’émancipation artistique. Les conseils que je pourrai donner dans le cas d’une recherche personnelle dans ce « style » d’image, serait dans un premier temps de ne plus considérer comme « importantes » les photographies qui plaisent aux autres et de se déconnecter des réseaux sociaux qui finalement font écran à ce développement personnel. Le fait de pouvoir s’inspirer ailleurs que dans le domaine de la photographie est pour moi tout aussi important, je contemple énormément de peintre tel Caspar David Freidrich, William Turner et bien d’autres. Le dernier conseil serait de s’obliger à se confronter aux conditions météorologiques compliquées, elles amènent une multitude d’éléments hors du commun et c’est en quelque sorte ce qui fait sortir ses images du lot je pense.

Si tu pouvais faire découvrir le travail de trois photographes qui proposerais-tu ?

Ah… Elle compliquée cette question, je n’aime pas trop mettre des personnes en avant plus que d’autres, car une foule de personnes m’inspirent, mes amis photographes, les grands de ce domaine… Bref, si je ne devais en citer que trois :

Dans le domaine du paysage, en premier lieu je pense à Xavier Jamonet. Il a décidément marqué mon regard. J’ai pu le rencontrer dernièrement sur le festival nature de Vourles, c’est une personne très humble et vu son immense talent, cela force encore plus le respect…

Comme je le disais plus haut, j’apprécie la photographie dans tous les domaines, le reportage est pour moi une de ces catégories reine où la versatilité est primordiale… Et Sebastiao Salgado est pour moi un des maîtres de cette discipline. Son livre « Genesis » trône fièrement dans ma bibliothèque. J’ai aussi beaucoup apprécié son travail sur les travailleurs « Workers ».

En dernier lieu, impossible pour moi de ne pas citer Ansel Adams. Je pratique l’argentique depuis peu et parfois, j’ai vraiment du mal à m’imaginer sur les spots que je photographie avec une chambre immense, la patience de mise en place du matériel, la mesure de la lumière, les essais ratés, etc… La charge de travail et la maîtrise est considérable, et en parcourant les livres de Mr Adams, tout devient incroyablement compliqué et assez fou remis dans son contexte... J’ai commencé par me procuré son livre « The Camera » qui même si il évoque énormément le travail à la chambre, m’a énormément formé sur l’appréhension et la lecture d’un paysage. Je suis évidemment admiratif de son travail sur le Yosemite et sur les parcs nationaux américains, des coins de la terre qui me laissent rêveur. Les contrastes de ses images sont clairement ceux que je recherche dans mes images, très fort et subtil à la fois.

Des projets à venir ?

Oui, j’en ai plusieurs, des réalisables et des « non » réalisables ;) Pour cette fin d’année 2017, je projette de me rendre en Ecosse. Je rêve de cette plage d’Elgol et de l’Isle d’Eigg depuis un bon moment, tout me parait ambiancé et chaotique, ça m’inspire beaucoup. Je devrai aussi me rendre dans le Jura pour cet automne, j’ai de bons amis qui habitent tout proche de l’Hérisson et de plusieurs lacs, j’ai pu visiter la région il y a peu et je me languis vraiment d’y retourner. Une occasion de revoir peut-être Emmanuel Dautriche, un photographe hors pair qui m’inspire aussi beaucoup.

Je vais continuer bien évidemment à travailler dans le domaine viticole avec pas mal de reportage sur la vinification, sur les vendanges et sur la formation/dégustation.

Les expositions avec le collectif « Le Ventoux en images » s’organisent, nous serons présent lors du festival des silences du Ventoux et une grande exposition est prévue tout le mois de Novembre dans la ville de Carpentras où le travail personnel de chaque photographe y sera aussi représenté, une occasion pour moi de commencer à constituer mon expo personnelle pour les prochaines années à venir, wait and see…

Où peut on retrouver ton travail ?

Merci David d’avoir pris le temps de répondre à ces questions, je te souhaite une bonne continuation photographique.

Crédits photo : © David Bouscarle

Vous avez aimé cette interview et vous en voulez d'autres ? Retrouvez l'intégralité des interviews de ce site en cliquant sur le lien suivant : www.maxenceboyerphoto.com/Blog/Page-Interviews

Si vous avez encore des questions à propos de cette interview vous pouvez la poser sur ce post Facebook ou via le formulaire de Contact en haut de cette page, je me ferai un plaisir de vous répondre.

Powered by SmugMug Log In